Crapulette en goguette

Voyages, humeurs... tout y passe !

18 novembre 2008

Neuf mois et trois jours...

vomitoAahhh ma grossesse... Neuf mois (et trois jours) inoubliables ! On l'a sacrément voulu le petit Bibou ! Quand mon test s'est révélé positif, j'ai ressenti un torrent d'émotions, de questions et de... nausées ! Je l'ai annoncé à mon boulot très vite, au bout d'un mois seulement mais je n'aurai pas pu le cacher bien longtemps : je vomissais trois fois par jour et ça a duré trois mois et demi. A tel point que mes collègues m'avaient surnommé Vomito ! La classe...

quai_de_metro_parisien_bonde_2399929_1378Au deuxième trimestre, je travaillais toujours mais c'était la pleine période de grève et en hiver bien sûr (vous avez déjà vu la SNCF faire grève en plein été, vous ?)... Alors gros ventre et train bondé, c'est moyen. Et pas trop de bus non plus donc retour à pied depuis la gare (20 minutes avec une grande descente et une grande côte). Le mythe de la femme enceinte à qui les gens cèdent la place dans les transports n'existe pas, c'est juste une légende urbaine ! Donc je me suis farcie les trajets debout, tassée ou à pied ! Mais ça maintient en forme...

56499498Au troisième trimestre, mes hormones s'affolaient : je pleurais pour un rien ! Déjà qu'en temps normal, je souffre d'une incontinence lacrymale, mais à cette époque, je sanglotais même devant le téléfilm de 13h30 sur M6... Pas très glorieux ! J'aimais beaucoup sentir Bibou bouger au début : "comme des petites bulles qui éclatent" m'avait dit le gynéco. C'est tout à fait ça jusqu'à ce que ça se transforme en coup de pied dans les côtes ! Obligée de lui appuyer sur le talon pour lui faire comprendre de ne pas étendre ses jambes dans maman...

73214610Le terme était pour le 06 mai et les médecins nous avaient dit pendant les cours de venir le jour du terme même si on n'avait pas eu de contraction. Avec mon Crapaud, mon gros bidon et ma petite valise, j'arrive toute souriante le matin du 06 à la clinique. Une sage-femme m'emmène dans une petite salle, je me déshabille et hop, sans prendre le temps de faire plus ample connaissance, elle me tâte l'utérus pour palper la tête de Bibou. Ca surprend ! Puis elle appelle le gynéco de garde : "Bonjour Madame. Laisser moi voir ça..." et zou, bienvenue dans mon utérus ! "Bon, c'est pas très mûr tout ça, revenez demain"... Pfff...

82567468Le lendemain rebelote : Crapaud-bidon-valise à la clinique. Une autre salle, une autre sage-femme et hop, toujours cette manie de tâtage d'utérus. Encore un autre gynéco : "bonjour, blablabla" et zou, dans mon utérus encore ! Si ça continue, je vais faire payer la visite... Quatre personnes en deux jours, c'est un vrai hall de gare...

Le 08 mai, reCrapaud-bidon-valise... Re-nouvelle sage-femme et re-nouveau gynéco... Mais ils sont combien à travailler ici ? Ils vont me faire des visites d'utérus encore longtemps ? Et mon Bibou, personne ne veut le sortir de là ? C'est pas de ma faute, moi, si je n'ai pas de contractions !!! Ah... et puis c'est un jour férié, ils sont en sous effectif... mais je m'en fous moi du calendrier !mai_2006_020

83266506Le 09 mai, j'étais bien décidée à m'enchainer en salle d'attente pour les forcer à m'accoucher. Je me voyais bien leur dire :

- J'ai un otage dans le bidon ! Si quelqu'un me tripote encore l'utérus "juste pour voir", je perds les eaux sur votre beau canapé ! Sortez mon bébé de là !

57283503Là, enfin, ils m'ont pris au sérieux. J'ai eu une chambre, Crapaud s'est occupé des papiers et à 14h, ils sont venus me chercher pour me déclencher l'accouchement. Alors le déclenchement, comment dire ? Et ben... j'ai pas aimé ! Avec le produit, les contractions sont tout de suite super fortes et quand on n'en a encore jamais eu, ça surprend ! Puis, la sage-femme a percé la poche des eaux avec ce qui ressemblait à une énorme aiguille à tricoter, la garce sadique... Les contractions sont devenues de plus en plus douloureuses et à ce moment, j'ai repensé à mes dents de sagesse en me disant que c'était de la gnognotte ! On devrait se les faire arracher pendant une contraction, on ne sentirai rien...

La sage-femme passait la tête toutes les demi-heures pour me dire qu'elle avait appelé l'anesthésiste et qu'il allait arriver. Mais il est où, bordel ??? La sage femme revient me voir pour me dire qu'il ne viendra pas tout de suite parce qu'une femme vient d'accoucher dans sa voiture. Mais on s'en fout d'elle, elle a déjà accouché ! C'est pas la peine qu'il aille la voir ! Crapaud tente de me changer les idées et moi, je n'ai qu'une chose qui me vient en tête : l'insulter !

- Pourquoi tu m'as fait ça ? C'est Toi qui m'a mise en cloque et c'est Moi qui souffre, salopard ! Vous avez le beau rôle vous, les hommes, nous on en bave pendant neuf mois... et trois jours ! Regarde moi ça, je suis énorme, avec mon polichinelle dans le tiroir ! Pleine de vergetures et puis je pleure tout le temps... Je veux accoucher, t'entends ? Alors fait quelque chose !

200555500_001Mais je suis restée digne et je n'ai pas prononcé tout ce flot de paroles vachardes... Quand l'anesthésiste est arrivé avec sa grosse aiguille, j'ai failli le demander en mariage ! Je n'ai jamais été si heureuse de voir quelqu'un ! La douleur a cessé petit à petit et on a pu se reposer une petite heure. Crapaud s'est même endormi, si si...

logo_cesarLe gynéco de garde est arrivé vers 18h15. Après un passage dans mon utérus, je l'entends dire aux sage-femmes "si elle n'est pas assez dilatée à 19h, je la césarise". Mais, qu'est-ce qu'il dit ? Rien à voir avec la remise des Césars ? Il veut me faire une césarienne pour une question de planning le saligaud !

81886470Vers 19h30, il revient et la sage-femme lui dit que je suis à 9 cm. Alors 9 cm et Pi 3,14 et je retiens 1 et... non ! Ca ne passera pas, attendez un peu ! Allez allez ma p'tite dame, ça va aller. Le gynéco s'en va et les sage-femmes commencent à me faire pousser. Crapaud me fait gentiment remarquer de m'accrocher aux barreaux du lit pour ne pas lui broyer la main et je commence... gnnnrrrfff...alors ? Bah rien ! Encore ! Gnnnnnrrrrrfffff...

- Ah, je vois les cheveux me dit Brigitte (ça créé des liens, on s'appelle par nos prénoms, maintenant), beaucoup de cheveux !

- Des cheveux ? Mais quels cheveux ? On l'a imaginé chauve notre bébé, comme ses grands-pères !

Allez, poussez encore ! Après plusieurs essais de gnnnrrrfff, Ana-Paula est allée chercher le gynéco.

- Ah ben encore une qui a voulu sa péridurale et qui pousse mal ! Vous les femmes, vous demandez toujours la péridurale et nous, ça nous fait plus de travail. Tenez, j'ai fait quatre accouchements avant vous et j'en ai encore un après !

Entre mes dents, je me dit "c'est ton boulot mon gars, moi, je n'accouche pas tous les jours... et si tu avais un utérus, crois moi, tu supplierais pour avoir la péridurale"... C'est à ce moment là qu'il a sorti son scalpel, ses forceps et qu'il a fait sortir Crapaud de la pièce. Je me suis sentie horriblement seule... J'avais tant imaginé Crapaud coupant le cordon de notre bébé tout chauve... Bon alors, les forceps, l'épisio de boucher, je vous passe les détails...

Ce mardi à 19h55, quand j'ai vu cette petite boule pleine de cheveux, toute recroquevillée et qu'on me l'a posé sur le ventre, ça a chassé toutes les images du bébé que j'avais imaginé. C'était enfin mon bébé, mon Bibou, notre Bibou ! Crapaud a accompagné les sages-femmes pour les premiers soins et moi je suis restée là, seule, les pattes encore écartées, pleine de larmes de joie, de douleur et de bonheur. Mais la porte était restée grande ouverte... avec des passants dans le couloir : "bonjour m'sieur dame ! ah désolée, l'utérus est vide, la visite est finie"... L'intimité et la pudeur n'existent décidément pas à la maternité !

Le gynéco est revenu pour me recoudre, me disant "vous ne sentez rien ?" Ah bah si justement, la péridurale ne fait plus effet maintenant... c'est long cinq points... Quand soudain "je peux vous parler Docteur ?" Génial, un vrai moulin... Maintenant, c'est une infirmière qui vient causer planning pendant l'atelier couture !

J'ai ensuite récupéré Crapaud et notre Bibou tout emmitouflé et on a eu deux heures rien que pour nous à se regarder dans le blanc des yeux. Bibou faisait des bulles, on lui parlait, on le dévorait du regard, on se découvrait mutuellement. Ses petites mains toutes bleues, ses grands yeux ouverts sur le monde, son odeur, sa douceur... Des moments inoubliables pour nous.

A 23h, on m'a remonté dans ma chambre (non, dans une autre d'ailleurs, ils avaient changé), et lorsqu'on m'a annoncé "plus de plateaux repas Madame, il est trop tard" j'aurai volontiers étranglé la surveillante d'étage si j'avais pu marcher ! En guise de repas, à jeûn depuis la veille au soir, elle m'a trouvé un flanby en cuisine... Depuis ce soir là, je n'ai jamais pu en remanger...

Posté par thelma à 03:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire